LE CHROME

Le saviez-vous ?

I - Le Chrome, qu’est-ce que c’est ?
Le Chrome, de signe chimique Cr et de numéro atomique 24, est un oligo-élément retrouvé d’une manière relativement constante dans l’organisme à l’analyse biochimique mais en très faible quantité.
Il existe essentiellement sous deux formes, une forme hexavalente (Cr6+) toxique pour l’Homme et une forme trivalente (Cr3+) physiologique et non toxique.
Celui-ci joue un rôle dans le métabolisme des lipides, des glucides et des protéines et possède une activité antioxydante.


II - Causes et conséquences d’une carence en Chrome
Causes
Les carences en Chrome sont rares dans les pays industrialisés, mais peuvent survenir dans les cas suivants : malnutrition (excès de consommation de sucre), grossesse, stress, prise de corticostéroïdes.

Conséquences
Le Chrome fait parti des oligoéléments essentiels à risque de carence démontré chez l’Homme.
Une carence en Chrome peut entraîner différents troubles du métabolisme des sucres et des lipides : intolérance au glucose, hyperglycémie à jeun, hyperlipidémie, hypercholestérolémie, hypertriglycéridémie, insulinémie élevée.

La probabilité de surdosage en Chrome est faible. Les rares cas rapportés évoquent des réactions inflammatoires de la peau et des muqueuses notamment de la muqueuse nasale lorsqu’il est inhalé.
 
III - Comment agit-il ?
Dans l’équilibre glycémique :
Le Chrome joue un rôle clé dans l’équilibre glucidique via un effet potentialisateur de l’insuline. Il induit une augmentation du nombre de récepteurs à l’insuline et permet d’augmenter son affinité pour son récepteur. Le glucose est ainsi absorbé par les cellules assurant la régulation de la glycémie.
Le Chrome est également un co-facteur de la chromoduline, petite protéine qui facilite le transport de l’insuline vers son récepteur.

Dans le métabolisme des protéines :   
La supplémentation en Chrome permet également d’améliorer l’absorption et le métabolisme du glucose en augmentant la synthèse de protéines qui constituent les récepteurs à l’insuline.

Dans le métabolisme des lipides :      
Le Chrome permet une meilleure sensibilité à l’insuline en redistribuant le transporteur de glucose à la surface de la membrane des cellules en réduisant la quantité de cholestérol de cette membrane. 
Le Chrome inhibe une enzyme hépatique (HMGCoA réductase) qui participe à la synthèse du cholestérol, d’où un effet hypolipémiant. Une supplémentation en Chrome a donc un effet bénéfique sur le profil lipidique : diminution des taux de cholestérol total et de triglycérides, et augmentation du cholestérol HDL (aussi appelé bon cholestérol).

Dans le processus inflammatoire :
Le Chrome présenterait un effet antioxydant indirect qui passerait par la régulation des taux de molécules pro-inflammatoires et d’insuline dans le sang. Ces dernières sont des marqueurs biologiques dont l’élévation dans le sang est associée à un stress oxydant important.

IV - Quelles sont les sources de Chrome ?
Dans l’alimentation
La viande et les produits laitiers sont les principales sources de Chrome. Cependant les régimes à base de blé complet (pain, biscuits, pâtes) et sucre roux en apportent des quantités importantes également.
Vous trouverez ci-après une liste non exhaustive des principaux aliments dont la teneur en Chrome est intéressante : levure de bière, foie, viande, jaune d’œuf, herbes aromatiques, épices (thym, poivre noir), fruits oléagineux (noix, noisettes, amandes), germe de blé, céréales complètes, chocolat noir, gruyère, produits laitiers, champignons, fruits de mer, pommes, prunes, brocoli, haricots verts, asperges, pommes de terre, café, thé (boissons stimulantes).

Dans les compléments alimentaires
Le succès d’une supplémentation en Chrome dépend de :
—> La forme de Chrome utilisée : les études conduites avec du chlorure de Chrome ont montré peu d’effet. A l’inverse, le picolinate de Chrome semble plus efficace. En effet, à la dose de 1000 µg/j, l’organisme absorbe 0,4% de Chrome à partir du chlorure de Chrome, alors que pour le picolinate de Chrome, ce taux peut atteindre 2,8%.
—> La durée de la supplémentation : il est plus difficile de mettre en évidence un bénéfice du Chrome lorsqu’on en prend pendant moins de deux mois.

Comment est-il absorbé ?
L’absorption du Chrome d’origine alimentaire varie entre environ 0,5 et 2% : on peut donc parler d’une absorption très faible, la majorité n’étant pas absorbée mais éliminée dans les selles.
Le taux de Chrome absorbé dépend de la dose de Chrome ingérée et de la forme sous laquelle il se trouve.
Le picolinate de chrome (chélate neutre dans l’organisme) est la forme de prédilection pour de nombreux compléments alimentaires car la mieux absorbée. L’absorption du Chrome est inversement proportionnelle à son apport (2% pour des apports de 10 µg/j, 0,5% pour des apports de 40 µg/j et 0,4% pour des apports supérieurs à 50 µg/j).


V - Quels sont les apports nutritionnels conseillés (ANC) ?
Vous trouverez ci-dessous les apports nutritionnels conseillés pour le Chrome selon l’ANSM.
13-19 ans : 50 µg/j
Femmes adultes : 55 µg/j
Hommes adultes : 65 µg/j
Femmes enceintes : 60 µg/j
Hommes de plus de 65 ans : 70 µg/j
Femmes de plus de 65 ans : 60 µg/j


Sources:
-ABRAHAM A.S., BROOKS B.A., EYLATH U. The effects of chromium supplementation on serum glucose and lipids in patients with and without non-insulin dependent diabetes. Metabolism, 1992, 41 : 768-771.
-ANTON S.D., MORRISON C.D., CEFALU W.T., et al. Effects of chromium picolinate on food intake and satiety.?Diabetes Technol. Ther., 2008, 10 : 405-412.
-ANDERSON R.A., ROUSSEL A.M., MAJHOUB S., ZOUARI N., MATHEAU J.M., KERKENI A. Potential antioxidant effects of Zn and Cr supplementation in people with type 2 diabetes mellitus.?J. Am. Coll. Nutr., 2001, 20 : 212-218.
-BALK E.M., TATSIONI A., LICHTENSTEIN A.H., LAU J., PITTAS A.G. Effect of chromium supplementation on glucose metabolism and lipids: a systematic review of randomized controlled trials.?Diabetes Care, 2007, 30 : 2154-2163
-CEFALU W.T., ROOD J., PINSONAT P., et al. Characterization of the metabolic and physiologic response to chromium supplementation in subjects with type 2 diabetes mellitus. Metabolism, 2010, 59 : 755-762.
-DOCHERTY J.P., SACK D.A., ROFFMAN M., FINCH M., KOMOROWSKI J.R. A double-blind, placebo-controlled, exploratory trial of chromium picolinate in atypical depression: effect on carbohydrate craving [abstract].?J. Psychiatr. Pract., 2005, 11 : 302–314.
-HININGER I., BENARABA R., OSMAN M., FAURE H., ROUSSEL A.M., ANDERSON R.A. Safety of trivalent chromium complexes: no evidence for DNA damage in human HaCaT keratinocytes. Free Radic. Biol. Med., 2007, 42 : 1759-1765.
-NCEP. Executive summary of the Third report of the National Cholesterol Evaluation Program (NCEP) Expert Panel on detection, evaluation, and treatment of high blood cholesterol in adults (Adults treatment Panel III).?JAMA, 2001, 285 : 2486-2497.
-QIAO W., PENG Z., WANG Z., WEI J., ZHOU A. Chromium improves glucose uptake and metabolism through upregulating the mRNA levels of IR, GLUT4, GS, and UCP3 in skeletal muscle cells.?Biol. Trace Elem. Res., 2009, 131 : 133-142.
-SHINDEA U.A., SHARMA G., XU Y.J., DHALLA N.S., GOYAL R.K. Insulin sensitising action of chromium picolinate in various experimental models of diabetes mellitus.?J. Trace Elem. Med. Biol., 2004, 18 : 23-32.
-VINCENT J.B. Recent advances in the nutritional biochemistry of trivalent chromium. Proc. Nutr. Soc., 2004, 63 : 41-47.
-WANG H., KRUSZEWSKI A., BRAUTIGAN D.L. Cellular chromium enhances activation of insulin receptor kinase.?Biochemistry, 2005, 44 : 8167-8175.
-WANG Y.Q., YAO M.H. Effects of chromium picolinate on glucose uptake in insulin-resistant 3T3-L1 adipocytes involve activation of p38 MAPK.?J. Nutr. Biochem., 2009, 20 : 982-991.

Zone d'activités Nativelle - Bat 4bis
1 Chemin de Saulxier - 91160 Longjumeau, France - Tél : +33 1 72 48 84 57



Pour votre santé, évitez de manger trop gras, trop sucré, trop salé - www.mangerbouger.fr



En poursuivant votre navigation sur ce site, vous autorisez l’utilisation des cookies et technologies similaires pour collecter des informations nous permettant de mesurer notre audience.
En savoir plus